Lexique Impression 3D

Tous | # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z | Envoyer un nom
Il y a actuellement 48 noms dans ce répertoire
ABS
Acrylonitrile Butadiène Styrène : Plastique de la famille des polymères thermoplastique utilisé principalement sur des imprimantes de type FDM (dépôt de couche de plastique). Son point de fusion est de 200°. Il présente l’avantage d’être robuste et peu cher. Ce matériau pourrait néanmoins présenter des risques selon certaines études récentes. En effet, la fumée émise lors de la fusion du plastique serait toxique. Le plastique PLA est donc de plus en plus favorisé (dérivé de l’amidon de maïs).

AMF
Additive Manufacturing File Format : Format open source concurrent du format STL.

Binder Jetting
Technique de fabrication qui consiste à lier des couches successives de poudre (possiblement multicolores) avec un matériau polymérisant. La tête d’impression dépose du liquide liant là où la poudre doit être collée et former un objet.

Brim
Dépôt d’une pellicule autours de l’objet imprimé afin d’assurer l’adhérence de la pièce sur le plateau. Nécessaire pour les objets avec de multiples petits points de contact sur le plateau.

Buse d'impression
L’imprimante 3D est pourvue d’une tête d’impression appelée « buse » ou « extrudeur ». C’est par cette partie de la machine que la matière sort. Les imprimantes concernées sont celles qui sont basée sur la technologie FFF/FDM, Binder Jetting et Polyjet.

Calibre de l'Extrudeur
Diamètre de l’extrudeur (tête d’impression) qui est généralement de 0.35mm ou 0.4mm.

CAO
Conception Assistée par Ordinateur : Exercice de modélisation graphique d’objets 3D au moyen d’un ensemble de techniques et de logiciels informatiques.

Couche
L’impression 3D fonctionnant sur la création d’un objet par dépôt de matière par couche, l’épaisseur de celle-ci importe dans le rendu final. Plus le nombre de couches sur un objet est important, plus sa finesse est grande au toucher et à la vue. En revanche, plus les couches sont fines et plus l’impression prend de temps, cela dépend donc du compromis souhaité entre finition et rapidité d’exécution.

Direct Metal Deposition
Technologie de fabrication additive qui consiste à faire fondre une poudre métallique avec un laser. Cette technique n’utilise pas un bain de poudre puisqu’une buse d’alimentation expulse la poudre au point de convergence avec le laser : l’objet se modélise au point de rencontre entre la poudre et le laser. Différents matériaux peuvent être imprimés avec cette technique : acier, aluminium, nickel, titane, cuivre et cobalt. Technologie principalement utilisée dans l’industrie de pointe comme l’aéronautique.

DLMS
Frittage laser de métal : Technique de fabrication 3D sur du métal en construisant l’objet par tranches. Le métal sous forme de poudre est fusionné par laser et donne l’objet après refroidissement.

DLP
Technique d’impression 3D semblable au SLA mais avec de la lumière pulsée au lieu du laser.

EBM
Electro Beam Melting : Technologie d’impression 3D qui consiste à utiliser un faisceau d’électrons (au lieu du laser) pour fondre la poudre de métal. Chaque couche nécessite la fonte de la poudre de métal (700-1000°), cette technologie est donc destinée à l’industrie aérospatial, celle de la défense ou du médical.

Epaisseur de couche
Hauteur de couche (layer height) : La finesse d’impression entre chaque couche. Plus les couches sont fines, plus l’objet sera lisse au toucher et agréable au regard.

Extrudeur
Tête d’impression d’où coule le plastique fondu. Concerne les machines d’impression FDM (dépôt de fil fondu).

Fab Lab
Fabrication Laboratory : endroit fonctionnant généralement sur le principe communautaire de mutualisation de machines et de ressources en vue d’effectuer du prototypage et de la création d’objet 3D.

Fabrication additive
Technique de fabrication qui peut se faire via différent procédés et qui consiste à créer un objet par ajout successif de couche de matière (plastique, métal, organique, nourriture). Les procédés utilisant ce principe sont les suivants : le Zcorp, le Polyjet, le DMD, le SLS/DMLS/SLM, la stéréolithographie et, le plus couramment utilisé, le FDM.

FDM
Fused Deposition Modeling : Technologie basée sur le dépôt de plastique fondu par couche (fabrication additive) créée dans les années 80. C’est la technique la plus répandue dans l’impression de bureau ou domestique.

FFF
Fused Deposition Modeling (FDM) / Fused Filament Fabrication (FFF) : Procédé de fabrication d’objets 3D par la fonte de fils de plastique (180-240°). C’est le procédé le plus répandu, en 2009 des brevets concernant cette technologie sont tombés dans le domaine publique, l’offre d’imprimante a depuis lors été décuplée. Son faible coût et la qualité des objets produits en font une technologie parfaitement adaptée au plus grand nombre. Les matériaux couramment utilisés sont des fils de plastiques PLA ou ABS. De nombreuses couleurs et matières plus nobles (ex : bois, bambou, cuivre) sont utilisées avec cette technique.

Fichier 3D
Communément appelé STL, en référence au format le plus utilisé, il existe d’autre format de fichier 3D tels que l’ OBJ (Wavefront), SKP (Sketchup), et bien d’autre formats souvent liés au logiciel de modélisation utilisé. L’extrême majorité des imprimantes 3D grand public ou semi-professionnelles utilisent le STL. Ce fichier contient le modèle en 3D ainsi que toutes les indications de cordonnées, vitesses et déplacements nécessaires à la machine pour produire l’objet.

Filament
Matière première composée de plastique et conditionnée sous forme de bobine. Le filament sert à nourrir les machines qui produisent par dépôt de plastique fondu (FFF / FDM). Les plastiques les plus utilisés sont le PLA et l’ABS.

Filament 3D
Consommable utilisé pour la création d’objet par dépôt de plastique fondu (FDM). Le fil fait généralement 1.75mm ou 2.75mm (appelé « 3mm »).

Gcode
Code informatique sur l’objet modélisé ainsi que les caractéristiques de déplacement et de vitesse de l’impression.

Hollow
Certaines pièces ne nécessitent pas d’être « remplies » (Infill), lorsque ce critère est programmé sur 0%, seules les parois sont imprimées, l’intérieur de l’objet reste vide (à la manière d’une boîte).

Ilots
Petits points de contacts de la pièce sur le plateau. Pour assurer l’adhérence de la pièce, il faut imprimer un Brim autours de l’objets pour que les îlots ne se décrochent pas.

Impression 3D
Procédé de création d'un objet en trois dimensions

Imprimante 3D
Machine de fabrication d’objets en 3 dimensions. Les techniques sont multiples (voir infographie) mais là plus répandue est celle de dépôt de couches successives de matière

Infill
Option de remplissage de l’intérieur de l’objet 3D à imprimer. Se mesure de 0 à 1 ou bien par pourcentage selon les logiciels. Si l’Infill est de 10%, cela signifie que l’objet présentera 90% de vide à l’intérieur de ses parois. Cela permet de rationaliser l’utilisation du plastique utilisé en fonction de ses besoins. Un Infill entre 20 et 30% est généralement suffisant pour avoir un rendu satisfaisant.

Maker
Désigne celui qui fait, qui fabrique. Plus largement, celui qui modélise aussi.

Micron (µ)
Un dixième de millimètre (1µ = 0,001 mm / 100 µ = 0,1 mm). Unité indiquant le niveau de finesse maximal supporté par l’imprimante lors de l’impression des couches.

Modèle 3D
Représentation en 3D de votre objet à imprimer majoritairement transmis via des fichiers STL (voir lexique) qui contiennent le G-code (voir lexique).

Multijet
Procédé d’impression 3D utilisant la lumière UV pour solidifier une résine. Ce procédé permet la création d’objets très complexes avec une excellente qualité, notamment quant à la finesse des couches, mais manque de solidité et de durabilité en comparaison du FMD ou du SLS.

Mur
Correspond à la paroi extérieure d’un objet (voir Wall/shells).

Offset
Décalage du plateau par rapport à la buse. Un offset de 5mm entraîne un décalage du début à la fin de l’impression, de 5mm entre le plateau et la buse.

Open source
Appellation d’un logiciel (ou par extension d’une technologie) dont le codes est rendu publique et modifiable librement pour la création de dérivés.

Plateau d’impression (ou "Bed")
Plateau qui recueille le plastique fondu. Il peut être mobile (ex : sur les machines dites "cartésiennes") ou fixe (ex : sur les machines dites "Deltas")

Pont
Impression en suspension entre deux points sans qu’aucun support ne soit utilisé. (Bridge)

Pré-calibré
Les réglages d’impression sont automatiques concernant le paramétrage de la position de l’extrudeur par rapport au plateau.

Raft
Couches préliminaires destinées à favoriser l’adhérence de l’objet au plateau lors de l’impression. Le Raft est retiré après impression.

RepRap
Mouvement dans l’impression 3D open source de création d’imprimantes en kit, imprimé soi-même, dans une logique de réplication, de personnalisation et de faible coûts.

Rétraction
Survient lorsque l’extrudeur traverse une zone sur laquelle le Gcode n’indique pas la nécessité de déposer du plastique, le fil se retire afin d’éviter l’impression d’imperfections entre un point A et un point B.

Scanner 3D
Dispositif permettant la modélisation d’objet avec un scan laser

Shells
Critère désignant l’épaisseur de la paroi de l’objet imprimée. Plusieurs couches concentriques peuvent rendre les parois extérieures plus épaisses. Si vous choisissez un « Shells » à 5, vous imprimerez des parois extérieures composées de 5 couches concentriques et jointes.

Skirt (ou "jupe")
Dépôt préliminaires à l’impression 3D autours de l’objet afin d’assurer un débit de matières régulier au début de l’impression de l’objet lui-même.

SLA
Technologie dite de « Stéréolithographie » qui consiste à créer des objets par la solidification d’une résine qui réagit à des lasers.

SLS
Frittage Sélectif Laser : Technique de fabrication additive basée sur la fusion par laser de couche de poudre de plastique. Cette technique ne nécessite pas de structure de support, contrairement à la stéréolithographie (SLA) et le dépôt de plastique fondu (FFF / FDM).

Supports
Matières ajoutées autours de l’objet pour garantir l’absence d’imperfections à certaines parties en suspension (par rapport au plateau). Dès que le degré d’inclinaisons d’une partie d’un objet est supérieur à 45° (voir 30° pour les plus pointilleux), il est préférable de choisir l’option « Supports ». Les supports peuvent être solubles, c’est le cas du PVA (associé au plastique PLA) et le HIPS (associé à l’ABS et soluble dans du D-limonène).

Vitesse d'impression
Capacité de la machine à imprimer avec une cadence plus ou moins élevées : de 20mm/sec à près de 300 mm/sec selon les machines.

Volume d’impression
Volume possible dans les limites de la structure de la machine, généralement présentées « longueur x largeur x hauteur ». La contrainte du Volume d’impression est généralement contournée en rapetissant le modèle à imprimer ou bien en l’imprimant par morceau.


Envoyer un nom

 

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

preloader